Greg McCarthy on DS al Coda

How did DS al Coda develop?
A couple years back I found myself going through my family photos, trying to find some kind of reference material for a series. It wasn’t a pointed search just, an aimless wandering through the photos trying to find themes and narratives, when I noticed the amount of research material from my father’s work that had slipped its way into the collection. It lead to a deep dive into the family photo archive and a consequent body of work around the research in relation to the photos, however it didn’t seem done. The show was put on in a smaller gallery and out of hundred or so works I made on the topic I think only about 7 were shown and the rest were either never exhibited, or displayed in larger group shows where a work can easily get lost in the beer and hectic environment of an opening. Since then I had moved away from the project in the studio for almost a year, there is still a book project in the works but a show for Contact Festival in Toronto that took my attention away and grant applications and a new series really put everything on the back burner. D.S. al Coda became a chance to revisit this work.

A D.S. al Coda in music is when you revisit a section of a composition and play it through again only instead you skip to a different ending when you hit a sign on the chart. It seemed like a fitting name and metaphor for the new show in that it was a chance to go back to the work only to a different aim. The component parts of the installations and pieces are all the same as when exhibited at other galleries, but the rearrangement it a nod to how the memories can change over time. The structure that leads to the show is the same, but the actual physical output is different.

Comment as-tu développé l'exposition DS al Coda?
Il y a quelques années, je me suis mis à parcourir la collection de photos de ma famille à la recherche de matériel qui pourrait éventuellement me servir pour la création d’une nouvelle série. Ma recherche n’avait pas de but précis, c’était simplement pour trouver de l’inspiration, comme un thème ou un récit. Ce faisant, je suis tombé sur les documents de recherche appartenant à mon père qui m’ont amené à fouiller plus en profondeur dans les archives familiales et, subséquemment, à créer un corpus de travail inspiré de cette recherche en relation avec les photos. L’exposition en lien avec ce travail a été présentée dans une petite galerie. Même si j’ai réalisé une centaine d’œuvres au total sur le sujet, je crois en avoir exposé que sept. Le reste n’a jamais été présenté ni même dans une exposition de groupe, ou d’ailleurs les œuvres ont souvent tendance à se faire oublier aux dépens de la bière et l’ambiance trépidante d’un vernissage. Depuis, j’ai mis le projet de côté, quoiqu’il y a toujours un livre sur lequel je travaille. Je me suis plutôt concentré sur une nouvelle série, des demandes de subventions, ainsi qu’une exposition pour le Festival Contact de Toronto. DS al Coda est devenu la chance d’enfin revisiter ce travail.

En musique, un DS al Coda fait référence au point où un auteur réinterprète la section d’une composition, par exemple, en changeant la fin. Ça me semblait un titre convenant à ma nouvelle exposition à cause de son sens métaphorique et parce que je suis revenu sur mon travail avec une nouvelle approche. Les éléments qui font partie de mon installation ont été exposés dans d’autres galeries, mais en les réorganisant, cela démontre comment les souvenirs peuvent changer au fil du temps. La structure initiale de l’exposition reste la même, mais ses composants physiques sont différents.

Is revisiting your previous work part of your current practice?
I do a lot of work in collage and the immediacy of the medium can sometimes cause me to overproduce work or create some pretty half baked concepts. They can pile up and get in the way though, not even in a cool messy art studio way but in an obnoxious messy desk situation. The being said, it can be nice because it allows me to just spew out so many ideas quickly and edit them down to something more cohesive later. I find that setting myself pretty stringent rules for what I’ll allow in a certain series will lead to a more connective tangent to the works however, it often leave certain works in a place where they’ll never be shown, or in a way that is slightly altered to fit an exhibition or to give a series a more cohesive look as a whole.

Because of this I think that most of my work is just revisiting the scraps I made earlier. Its an integral part of my work and it really allows me to make my works a little more concise than if I let them out in their first iteration. It may sometimes leave them with a little less spontaneity than I would like, but I think it is a fair trade. When I find a way to keep that preserved through the editing process I might finally be satisfied with them.

Est-ce que revisiter ton travail fait partie de ta pratique courante?
Je travaille beaucoup avec le collage. L’immédiateté de ce médium fait en sorte que j’en produis trop ou que mes concepts sont moins élaborés. J’en accumule des piles, ça devient un vrai fouillis, pas comme dans un studio d’art décontracté, mais comme un vrai désordre de bureau. Ceci étant dit, ça peut aussi devenir quelque chose de constructif, car ça me permet de faire ressortir plusieurs idées à la fois et de les travailler jusqu’à ce que quelque chose de cohérent en ressorte. Le fait de me fixer des règles strictes ou des limites par rapport à ce que je m’autorise à faire pour une série va souvent me conduire à une tangente connective vis-à-vis des œuvres. Par contre, ça me conduira aussi à  laisser certaines œuvres de côté, dans un endroit où je ne les montrerai jamais, ou à les modifier légèrement pour qu’elles cadrent dans une exposition ou à tenter de donner un aspect plus cohérent à l’ensemble d’une série.

C’est pour ces raisons que je peux affirmer qu’une partie intégrante de ma pratique consiste à revisiter le travail créé plus tôt. Ça me permet de rendre mes œuvres un peu plus concises que si je les laissais vivre de leur premier jet. Certes, ça peut parfois leur enlever un peu de spontanéité, mais je pense que c'est tout de même honnête. Lorsque je trouve un moyen de préserver cet aspect de spontanéité tout au long de mon processus de sélection, je suis plutôt satisfait du résultat.

What brought you to work with archival material?
As a kid I was really into punk, I still love it, but not in the obsessive nerdy way I once did. It seemed like this wonderful thing with a great history and the old album covers and gig posters with their shitty photocopied collage look was really intriguing to me. However growing up in suburban Niagara, there weren’t too many kids apart from my sister’s friend around the corner who liked the music and I had to turn to the internet to find the history of the genre and old bands to listen to. It felt like I shouldn’t be listening to the new stuff without understanding where it came from first.

When I was starting to try to make art in school I was painting and I was struggling to have this link to real events that I couldn’t seem to find with how I was approaching the medium. While some have found a way, it was never something that I could figure out in a way that felt honest or effective. During this period I learned about a great work by Jeremy Deller where he held a re-enactment of the Battle of Orgreave where he had a large number of people do a restaging a riot, complete with the police working to help shut it down. It was almost like a wakeup call for me that you could make art that references a real event in a much more visceral way than just making a painting about it. It seems so straight forward now but it really did change some of my opinions. 

I was still exclusively working with painted images at the time, but I had found an approach that would lead me away from them. Instead of my approach of copying a photo and making it into a painting it seemed much more appealing to just mess up the original photo in some way be it collages, photocopies or whatever and let my crappy process work just be the final piece. I started to collect old photos and I loved their tie to real events. The fact that someone was standing there and recorded the event was such a nice thought to me but I still needed to find my own way in. I began distorting them and treating them like the paint I had been using, something pliable that was to be pushed around into the image you needed. I feel like all of my work with archival material is almost a way of inserting myself into those moments or finding a connection to them through interacting with the photograph itself. Whether it’s me trying to insert some kind of caution tape into the moment or just creating some form of parallel moment on top it really is just about re-evaluating and connecting with those past moments.

Qu'est-ce qui t'a amené à travailler avec des documents d'archives?
J'ai toujours été un grand adepte de la musique punk, seulement, quand j’étais plus jeune, j’en faisais presque une obsession. L’histoire du mouvement, les couvertures d’albums ainsi que les affiches de concerts ressemblant à des collages bâclés m’intriguaient beaucoup. J’ai grandi en banlieue de Niagara. Malheureusement, il n’y avait pas beaucoup d’enfants qui aimaient la musique, seulement un ami de ma sœur qui habitait au coin de notre rue. J’ai dû me tourner vers l’Internet pour en apprendre davantage sur le genre et sa musique marquante. Je devais comprendre l’origine des nouveaux groupes de musique que j’écoutais.

J’ai commencé par la peinture dans mes cours d’art à l’école. Je trouvais ça plutôt difficile de faire des liens entre la réalité et ma façon de peindre. Alors que d’autres ont trouvé leur voie, je ne suis jamais parvenu à figurer un moyen efficace ou honnête d’employer le médium. Durant cette période, j’ai découvert une grande œuvre de Jeremy Deller, qui à l’aide de plusieurs personnes, a reconstitué la bataille d’Orgreave sous forme d’une émeute. J’ai alors compris qu’il était possible de faire de l’art en faisant référence à un évènement réel. Ça a vraiment été une révélation pour moi. Ça parait simple, mais ça m’a influencé.

À l’époque, je travaillais encore exclusivement avec des images peintes, mais j’avais trouvé une approche qui me conduirait éventuellement loin d’elles. Ça m’apparaissait bien plus attrayant de modifier une photo par le biais du collage ou de la photocopie que de simplement la reproduire en peinture. J’ai commencé à collectionner de vieilles images parce que j’aimais leurs liens avec la réalité. Le fait que quelqu’un se tienne quelque part et que ce moment soit documenté était très inspirant pour moi. Par contre, je devais trouver ma propre voie à travers cet intérêt marqué pour les archives. Au final, j’ai l’impression que tout le travail que j’ai réalisé avec des documents d’archives m’a permis de m’insérer ou de me connecter à ces moments, simplement en interagissant avec les photographies. Il s’agit principalement de reconnecter avec le passé

Can you explain the link between climate monitoring sciences and your personal family archives?
While starting the work I found the tree rings as a great metaphor to describe how images accumulate. The most recent ring is connected to the last ring and it will grow in correlation to the ones that came before it. Once you cut the tree open in order to study it you are able to see the rings and the history of the tree recorded therein. It also seemed like a nice parallel to talk about photography in that both are created using time and light. Where a photograph will be recorded in a fraction of a second the growth of a tree will cross generational lines over the course of many years. I find it nice that both seem to use light as a way of drawing in some sense only using very different conceptions of time. When I was researching for the series I found the research images mixed in with my family photos were extras from my father’s job where he studies the relationship between trees, glaciers and lichens and what they can tell us about environmental change. This meant that next to shots of my sister learning to ride a bike are hundreds of shots of rocks, trees and random extra images of glaciers. It wasn’t until I was older and had a job working in a photo-lab where I saw hundred of other family photos, that I really realized the other family slideshows don’t include shots of barren rock faces and measuring calipers next to trees. The two have always seemed so linked in my mind that when I chose to do a series on my own family archive it didn’t even seem like an option not to include it and it felt more honest than leaving them out.

Peux-tu nous expliquer le lien entre les sciences de la surveillance du climat et tes archives familiales personnelles?
En entamant le travail, j’ai établi un lien entre les anneaux de croissances des arbres et la photographie. Je trouvais que les anneaux créaient une belle métaphore pour décrire comment les images s’accumulent au fil du temps. Le plus jeune anneau d’un arbre grandit en corrélation avec ses précédents en restant toujours connecté au plus vieux. On peut d’ailleurs étudier l’histoire d’un arbre à partir de ses anneaux. De plus, je trouvais que c’était un parallèle intéressant à faire avec la lumière – tant la photographie que les arbres en dépendent – et le temps. Une photographie sera enregistrée en une fraction de seconde tandis qu’un arbre prendra des années à grandir. Mes recherches à travers les archives familiales m’ont amené vers des images appartenant à mon père. Aux côtés des photos de ma sœur apprenant à faire du vélo se trouvaient des centaines de photos d’arbres, des glaciers, de lichen, etc. Mon père s’en servait pour étudier les changements environnementaux. Quelques années plus tard, j’ai commencé à travailler dans un laboratoire photo. On y développait notamment des photos de familles. C’est d’ailleurs à cette époque que j’ai réalisé que les photos de mon père trouvées au travers des archives familiales n’avaient rien à voir avec des photos d’album de famille. Par contre, les deux types d’images ont toujours été liés dans mon esprit. Lorsque j'ai choisi de faire une série sur mes propres archives familiales, ça me semblait plus honnête d’inclure les photos de mon père que de les laisser de côté.

DS al Coda is on view until September 19 at The Letter Bet. // Vous avez jusqu'au 19 septembre pour visiter l'exposition DS al Coda à La Lettre Bet.

← Older Post Newer Post →